Les aires de covoiturage se développent en France

Aires de covoiturage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le covoiturage est en vogue, et pour cause ! En ces temps de crise, c’est le meilleur moyen de faire des économies, réduire son empreinte écologique et peut-être même agrémenter ses voyages en les faisant en bonne compagnie.

Ainsi, les sites et services de covoiturage voient leur audience augmenter, et cette pratique qui ne touchait qu’un pourcentage infime de la population tend à s’étendre. Aux abords des autoroutes, en ville, on trouve désormais de plus en plus de véhicules stationnés de manière anarchiques, en attente de leurs passagers covoitureurs.

Les aires de covoiturage: la solution ?

Pour éviter que cette pratique citoyenne ne devienne source de nuisance pour les autres usagers, et de danger pour ceux qui la pratique, les instances publiques commencent à s’intéresser au problème.
Ainsi, à Langon, près de Bordeaux, le Conseil Général, le Syndicat intercommunal du secteur scolaire et la Direction Régionale des Autoroutes du Sud de la France viennent de signer une convention pour la création d’une aire de covoiturage à proximité du péage de l’autoroute de Langon. Cela s’imposait car chaque jour, près de ce péage, ce sont plus de 60 véhicules qui stationnent dans des conditions de sécurité et de confort non optimales. Pour pallier à ce problème, il a été décidé que la future aire de covoiturage devrait pouvoir accueillir près de 80 véhicules et disposerait également de places pour des deux roues, d’un arrêt minute pour les bus et d’un Abribus en cas d’intempéries.

Ce service de stationnement, qui coûtera près de 300 000 euros, ne sera pas totalement gratuit: ce sera en effet gratuit pour tous ceux qui disposent du badge télépéage, soit près de 40% des véhicules. Ce sera également gratuit pour tous les stationnements de moins de 24h. Au delà, il faudra s’acquitter d’un forfait entre 2 et 10 euros selon le nombre de jours où le véhicule est stationné.

Aires de covoiturage: une tendance en cours de développement

La création de cette aire de covoiturage n’est pas une initiative isolée: en Gironde, d’autres projets seraient également à l’étude: notamment à Libourne et à Coutras. Ailleurs en France, du coté de Toulouse, une autre aire de covoiturage est prévue afin de limiter le nombre de véhicules stationnés aux abords des échangeurs de l’A 64, du Fousseret à Muret en passant par Carbonne.

Et l’on peut d’ores et déjà prédire sans trop de risques que ces aires de covoiturages ne cesseront de se développer au fil du temps !

Alors, les aires de covoiturage, selon vous, une bonne idée ?