nathalie

Covoiturages du quotidien : la solution anti-crise !

covoiturage quotidien rouler a plusieurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 20 septembre dernier, le Ministère du Développement durable organisait la Journée Nationale du Covoiturage, dans le cadre de la semaine de la mobilité. A cette occasion, le site www.trajetalacarte.com, spécialisé dans les covoiturages professionnels et les covoiturages réguliers, a présenté sa nouvelle plate forme de covoiturage en marque blanche, et offert aux premières entreprises volontaires un test gratuit du dispositif pendant un an !

Covoiturage quotidien : la bonne idée ?

Traditionnellement, le covoiturage est utilisé pour les trajets des vacances, ou pour des trajets longs et ponctuels. Pourtant, une grande partie de nos déplacements concerne les trajets du quotidien, vers notre lieu de travail ou notre lieu de formation.

Selon une enquête réalisée par l’ADEM, utiliser le covoiturage pour un déplacement quotidien de 20 kilomètres aller-retour permettrait de réaliser jusqu’à 2070€ d’économies par an. Et pourtant ! 80% de nos déplacements sont encore effectués avec une seule personne dans le véhicule, comme le souligne l‘Institut Français de l’Environnement (IFEN).

Pourquoi le covoiturage quotidien n’est-il pas davantage utilisé?

Se déplacer à plusieurs dans le même véhicule à bien entendu des avantages, comme le partage des coûts du carburant, de l’usure du véhicule, plus de facilité de stationnement ou encore moins d’embouteillages sur les routes.

Mais trouver ses partenaires de covoiturage n’est pas toujours aisé, notamment pour le covoiturage quotidien. En effet, les sites de covoiturage actuels ne sont pas optimisés pour des courts trajets et des trajets récurrents. Bien souvent, il n’est même pas possible de sélectionner une ville identique pour sa destination de départ et d’arrivée.

Trajet à la carte: le covoiturage quotidien simple et pratique

La philosophie de Trajet à la carte est de proposer un service de covoiturage simple, gratuit et accessible à tous. Après s’être inscrit et avoir renseigné son trajet et ses horaires souhaités de covoiturage, il est possible de repérer directement sur une carte dynamique les autres utilisateurs à proximité.

Pour les contacter en toute confidentialité, une messagerie interne a été mise en place. Et pour mieux choisir ses partenaires de covoiturage, le profil de chaque membre affiche les évaluations des autres membres ainsi que des informations complémentaires, comme un lien vers ses profils de réseaux sociaux.

Journée Nationale du Covoiturage : favoriser le covoiturage en interne au sein des entreprises !

La journée Nationale du covoiturage a été pour Trajet à la Carte l’occasion de présenter sa nouvelle plate forme de covoiturage en marque blanche, destinée aux entreprises qui souhaitent disposer de tous les services du site pour organiser le covoiturage en interne pour leurs employés. Les entreprises peuvent ainsi disposer d’une interface habillée avec leur logo et leur charte graphique, et peuvent gérer elles-mêmes l’organisation du service au quotidien.

Les avantages de ce système sont nombreux, ils permet à l’employeur de promouvoir une activité éco-citoyenne au sein de l’entreprise, et de diminuer les problèmes de déplacement ou de stationnement de son personnel. Les salariés quant à eux peuvent organiser le covoiturage en toute simplicité et en toute sécurité avec leurs collègues de travail, faire des économies et pourquoi pas, faire de ces déplacements domicile-travail un moment plus chaleureux et plus convivial.

A l’occasion de cette Journée Nationale du Covoiturage, Trajet à la carte a permis aux premières entreprises volontaires de disposer gratuitement de ce dispositif pendant un an. Et la toute première entreprise à tester ce service est l’entreprise Ikea, qui cherchait depuis longtemps une solution aux problèmes de déplacement et de mobilité de ses salariés. L’initiative a démarré au centre IKEA distribution services Metz et un bilan en sera réalisé l’année prochaine, pour la Journée Nationale du Covoiturage 2013.

Vous êtes intéressé par cette opération et souhaitez proposer la candidature de votre entreprise pour un test gratuit, n’hésitez pas à contacter Trajet à la carte sur www.trajetalacarte.com !

Les aires de covoiturage se développent en France

Aires de covoiturage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le covoiturage est en vogue, et pour cause ! En ces temps de crise, c’est le meilleur moyen de faire des économies, réduire son empreinte écologique et peut-être même agrémenter ses voyages en les faisant en bonne compagnie.

Ainsi, les sites et services de covoiturage voient leur audience augmenter, et cette pratique qui ne touchait qu’un pourcentage infime de la population tend à s’étendre. Aux abords des autoroutes, en ville, on trouve désormais de plus en plus de véhicules stationnés de manière anarchiques, en attente de leurs passagers covoitureurs.

Les aires de covoiturage: la solution ?

Pour éviter que cette pratique citoyenne ne devienne source de nuisance pour les autres usagers, et de danger pour ceux qui la pratique, les instances publiques commencent à s’intéresser au problème.
Ainsi, à Langon, près de Bordeaux, le Conseil Général, le Syndicat intercommunal du secteur scolaire et la Direction Régionale des Autoroutes du Sud de la France viennent de signer une convention pour la création d’une aire de covoiturage à proximité du péage de l’autoroute de Langon. Cela s’imposait car chaque jour, près de ce péage, ce sont plus de 60 véhicules qui stationnent dans des conditions de sécurité et de confort non optimales. Pour pallier à ce problème, il a été décidé que la future aire de covoiturage devrait pouvoir accueillir près de 80 véhicules et disposerait également de places pour des deux roues, d’un arrêt minute pour les bus et d’un Abribus en cas d’intempéries.

Ce service de stationnement, qui coûtera près de 300 000 euros, ne sera pas totalement gratuit: ce sera en effet gratuit pour tous ceux qui disposent du badge télépéage, soit près de 40% des véhicules. Ce sera également gratuit pour tous les stationnements de moins de 24h. Au delà, il faudra s’acquitter d’un forfait entre 2 et 10 euros selon le nombre de jours où le véhicule est stationné.

Aires de covoiturage: une tendance en cours de développement

La création de cette aire de covoiturage n’est pas une initiative isolée: en Gironde, d’autres projets seraient également à l’étude: notamment à Libourne et à Coutras. Ailleurs en France, du coté de Toulouse, une autre aire de covoiturage est prévue afin de limiter le nombre de véhicules stationnés aux abords des échangeurs de l’A 64, du Fousseret à Muret en passant par Carbonne.

Et l’on peut d’ores et déjà prédire sans trop de risques que ces aires de covoiturages ne cesseront de se développer au fil du temps !

Alors, les aires de covoiturage, selon vous, une bonne idée ?

Carburant et CO2: rouler peut-il être écolo ?

la commission europeenne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatre ans après l’adoption de son premier règlement, la commission européenne vient de limiter à nouveau la réglementation concernant les émissions de gaz à effet de serre des voitures des particuliers.

Nouvelles mesures

L’intention est louable, l’objectif de la commission européenne est de diminuer de 30 % la moyenne des émissions de gaz des véhicules neufs.

A l’annonce de cette nouvelle mesure, plusieurs voix se sont élevées: d’un côté, certains pensent que la méthodologie n’est pas adéquate, et notamment les écologistes, qui s’inquiètent que le calcul soit effectué sur une moyenne, ce qui permettrait encore à de nombreux véhicules de polluer abondamment.

D’un autre côté, la santé des constructeurs automobiles européens n’est pas florissante et ces nouvelles mesures pourraient les pénaliser face à la concurrence.

Des véhicules moins polluants

En attendant, bonne nouvelle, c’est que la France n’a eu jusqu’à présent aucun mal à respecter les réglementations imposées par la commission européenne. En effet, selon une étude réalisée par l’ADEME, parmi les 30 véhicules diesel qui produisent moins de 98 gr CO2 au kilomètre, 14 sont français ! On peut ainsi citer les modèles Twingo et Clio de Renault, ou encore C3, C4 et DS3 de Citroën.

Rouler plus vert: la bonne initiative du Vélib’

La Velib à Paris

Malgré ces données intéressantes, l’idéal serait de trouver davantage de moyens de transport plus écologiques.

En exemple, on peut citer les récentes initiatives de Vélib’: lancé en juillet 2007, le vélo libre-service aurait conquis plus de 224 000 abonnés, avec entre 110 000 et 135 000 trajets effectués chaque jour !

 


Environnement: le potentiel du covoiturage

Bien entendu, le covoiturage est également une pratique parfaite pour faire baisser ses émissions de CO2 et ainsi réduire son empreinte écologique. En effet, le secteur des transports est le premier consommateur de produits pétroliers en France. C’est également la première source d’émission de gaz à effet de serre.

Selon l’institut français de l’environnement, 80 % de nos trajets sont effectués avec une seule personne par véhicule ! Le covoiturage représente ainsi un vrai potentiel écologique: rouler à 2, 3, 4 ou 5 personnes dans une voiture pourrait réduire d’autant la pollution ambiante et la consommation de carburant !

Et vous, rouler écolo, vous vous sentez concernés, quels moyens de transports écolo utilisez-vous ?

Le covoiturage sous toutes ses formes !

Traffic sur la route
















Le covoiturage et ses avantages…

Il y a quelques années, le covoiturage était encore une pratique marginale, réservée aux adolescents sans permis ou aux longs voyages de vacances. Mais ces derniers temps, le covoiturage tend à se démocratiser. La principale raison, la crise : augmentation des coûts des transports, du coût de l’entretien des voitures, du coût de l’essence… Se déplacer seul coûte aujourd’hui extrêmement cher, et on commence même, avant d’entamer un trajet, à calculer l’addition…

Mais il y a peut-être également d’autres raisons : avec la prise en compte de plus en plus importante de notre empreinte écologique, voyager seul, c’est presque du gâchis ! Et en termes de qualité de vie, pratiquer le covoiturage permet également de réduire la circulation sur les routes…

Alors oui, le covoiturage est en vogue, et c’est tant mieux ! Aujourd’hui, de nombreux dispositifs, à la fois publique et privés, tentent de mettre le covoiturage au goût du jour.

Le covoiturage sous Excel

Ainsi, on peut citer l’exemple de la petite commune de Marpiré en Bretagne. Avec les moyens du bord, les élus locaux tentent actuellement de développer le covoiturage dans leur ville. Pour ce faire, ils ont pensé organiser des réunions d’information, au cours desquelles il récupère les noms et les coordonnées des personnes intéressées par le covoiturage sur des fichiers Excel. Aux termes de ces réunions, toutes les informations seront centralisées à la mairie et consultables par tout un chacun. Il suffira alors aux personnes intéressées de se contacter.

La borne de covoiturage

Un peu plus haut, a Hazebrouck, dans la région du Nord-Pas-de-Calais, c’est une borne de covoiturage qui a été installée dans la gare. Cette initiative est réalisée par la SNCF, qui espère ainsi mettre en relation des gens qui effectuent quotidiennement des trajets communs vers les mêmes destinations, et notamment des trajets vers les petites villes aux alentours, celles qui ne se sont pas desservies par le train.

Le covoiturage sur le web

Mais à l’heure des nouvelles technologies, le moyen le plus pratique d’effectuer du covoiturage reste encore de s’inscrire sur un site Internet. Plus le nombre d’inscrits sur le site est important, et plus vous aurez de chances de pouvoir trouver des personnes qui souhaitent effectuer un trajet commun avec vous. Il existe des sites généralistes, qui permettent d’effectuer tous les types de trajets, ou des sites plus spécialisés, qui permettent par exemple de rechercher des trajets quotidiens ou des trajets domicile-travail. Si vous êtes véritablement adeptes du covoiturage, le plus simple est peut-être de vous inscrire sur le plus de sites possibles, vous aurez ainsi davantage de chances de trouver exactement ce que vous recherchez.

Alors, tenté par le covoiturage ? Pourquoi ne pas venir faire un essai en vous inscrivant gratuitement sur www.trajetalacarte.com

Plans de Déplacement des Entreprises

plan de déplacement entreprises embouteillages

Depuis l’année 2000 le nombre de PDE (Plans de Déplacement des Entreprises) lancés par les entreprises françaises ne cesse de croître.

Un PDE est une démarche volontaire émanant d’une entrepris ou d’une administration visant à favoriser l’usage de mode de transports alternatifs pour les trajets professionnels. L’entreprise mettant en place un PDE va donc promouvoir l’utilisation du vélo, du bus, du train ou du covoiturage auprès de ses salariés. Les déplacements concernés par un PDE sont diverses. Il peut en effet s’agir des déplacements effectués par les salariés dans le cadre d’un trajet domicile-travail, ainsi que tout autre forme de déplacement professionnels (visite chez un client, séminaire, etc.)

Parmi les mesures pouvant entrer dans un PDE figurent par exemple :
(Source : ADEME.fr (2010)

  • la promotion du vélo (mise en place d’un stationnement sécurisé, diffusion d’un «kit vélo», mise à disposition d’un local vélo proposant quelques outils et services ainsi que des douches pour les cyclistes?);
  • l’amélioration de l’accès des bâtiments par les piétons (mise en place d’entrées plus directes…) ;
  • l’encouragement à l’utilisation des transports publics (adaptation – en partenariat avec les opérateurs de transport – de l’offre existante en termes de dessertes et de fréquences, participation financière aux abonnements, création d’une navette d’entreprise pour quelques destinations très fréquentées?);
  • l’aménagement des horaires de travail (répartition des heures d’arrivée et de départ des salariés en fonction de leurs souhaits et des besoins de l’entreprise?);
  • l’accompagnement et l’encouragement à habiter à proximité du lieu de travail ou sur le réseau de transport en commun;
  • la garantie du retour à domicile pour les circonstances exceptionnelles pour les « alternatifs » (cheque taxi, utilisation de voitures de services);
  • la mise en place d’un service d’auto-partage, permettant de mieux gérer les déplacements professionnels et pouvant offrir un service de mobilité ponctuel complémentaire hors horaires de travail;
  • l’incitation au covoiturage (développement d’un service de mise en relation, instauration de places réservées aux « covoitureurs », création d’un service de dépannage en cas d’indisponibilité exceptionnelle d’un conducteur).

Plusieurs raisons peuvent amener une entreprise à mettre en place un PDE. Les motivations sont cependant de trois ordres : un aspect économique, en diminuant les coûts liés au transport ; un aspect social, en améliorant le choix des salariés en matière de transport et en mettant à leur disposition des moyens de transports moins stressant et plus convivaux, comme le covoiturage ; et un aspect environnemental en favorisant des modes de transports alternatifs à l’autosolisme. Le covoiturage, en effet, en favorisant le regroupement de personnes dans une même voiture, diminue le nombre de véhicules en circulation et, de ce, fait, le nombre d’émissions de gaz à effet de serre.

De plus en plus d’entreprises mettent en place un service de covoiturage dédié à leur salarié. On en compte actuellement à peu près une centaine.

Notre site devient la solution: www.trajetalacarte.com

Assurance et covoiturage

Assurance dans le cadre du covoiturage

Ce texte est extrait du site de la Fédération française des Sociétés d’Assurances (www.ffsa.com)

Pratique de plus en plus fréquente, le covoiturage ne fait l’objet d’aucune définition officielle ou législation spécifique.

Le principe est simple, il s’agit du partage d’un véhicule par plusieurs occupants se déplaçant dans la même direction. Il permet, par exemple, à des voisins ou collègues d’utiliser un seul véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail ou d’études.

Le covoiturage peut être organisé soit directement entre automobilistes et passagers, soit par l’intermédiaire d’une association ou d’une entreprise. Il existe principalement deux façons d’utiliser le ou les véhicules : utilisation à tour de rôle du véhicule de chacun des covoiturés, qui est ainsi alternativement conducteur et passager ; utilisation d’un seul véhicule et participation des passagers aux frais de déplacement (essence, péage).

Assurance : quelques précautions à prendre

Quelle que soit la formule de covoiturage adoptée, il est préférable que l’automobiliste le déclare à son assureur. Ce dernier peut ainsi apprécier les risques garantis et attirer l’attention de l’assuré sur certains points. Ainsi, il faut s’assurer que l’usage déclaré dans le contrat prend bien en compte le trajet du domicile au lieu de travail, par exemple.
De même, s’il souhaite pouvoir céder le volant à l’un de ses passagers, le conducteur doit vérifier que son contrat ne comporte pas une clause de conduite exclusive. En effet, celle-ci prévoit que certaines garanties du contrat sont accordées dans la mesure où le véhicule est conduit exclusivement par le conducteur nommément désigné dans le contrat (généralement son conjoint).

Même si son contrat inclut le prêt de volant, l’automobiliste doit aussi savoir que : si le conducteur occasionnel provoque un accident, c’est le souscripteur de l’assurance qui sera pénalisé d’un malus ; si le conducteur occasionnel est un conducteur novice (c’est-à-dire titulaire du permis depuis moins de trois ans ou automobiliste qui ne peut justifier d’une assurance au cours des trois ans qui précèdent la date de l’accident), le contrat d’assurance peut notamment prévoir l’application d’une franchise plus élevée qui resterait à la charge du souscripteur.

Si une association ou une entreprise organise le covoiturage, elle doit vérifier auprès de son assureur que sa responsabilité serait couverte au cas où elle serait recherchée en raison de cette activité.

En cas d’accident

Les dommages matériels subis par le véhicule seront remboursés en fonction des responsabilités établies et des garanties du contrat. Quant aux passagers, qu’ils partagent ou non les frais avec le conducteur, ils seront indemnisés de leurs dommages matériels et corporels par l’assureur du véhicule, au titre de la garantie obligatoire de responsabilité civile. En revanche, si le conducteur responsable de l’accident est blessé, il sera indemnisé à la condition que le contrat d’assurance du véhicule conduit comporte une garantie facultative couvrant les dommages corporels subis par tout conducteur autorisé.